Contre les idées reçues sur les couches lavables

Les couches lavables testées et approuvées en crèche par les P’tits Pét’O

wua-wua;couche lavable

Trop contraignant pour les parents

«  Il y avait beaucoup d’envie, mais la mise en pratique, l’entretien et le coût ont dissuadé les parents  ». Sandrine Déjardin ne renonce pas et même s’engage dans une crèche plus durable : peintures, produits d’entretien et de soins de bébé respectueux de l’environnement et même un poulailler pour recycler les déchets alimentaires !

L’an dernier, l’association a franchi une étape dans sa conquête de la couche écolo. «  On a choisi d’investir dans des couches. Puis, on a proposé aux parents de les tester en leur proposant un package gratuit avec différents modèles  ». Les parents, motivés, ont trouvé l’idée intéressante, ont testé ce kit d’essai, mais finalement n’ont pas franchi le pas. «  Cela leur est apparu trop contraignant comparé à la simplicité d’une couche jetable  ». Néanmoins, l’association résiste, en accord avec ses valeurs. «  On a décidé de passer à la couche lavable à la crèche en septembre 2016. On a dit aux parents : on s’occupe de tout ! Trouver les meilleures couches et bien sûr des lavages. Aucun parents ne s’est opposé  ».

Que du positif

L’investissement sur fonds propres s’est fait à hauteur de 2 000 €, sachant qu’une couche coûte entre 20 et 30 € pièce. L’association a privilégié deux entreprises françaises, dont une basée près de Cambrai. L’équipe a été formée. Quatre mois plus tard, Sandrine Déjardin fait le bilan. Pour la jeune femme, ce n’est que du positif : «  c’est devenu un automatisme pour le personnel : elles préparent les couches et les sous-couches tous les matins. Nous ne faisons pas plus de lavages qu’avant, les machines sont juste plus remplies  ».

Pour l’environnement, le bénéfice est réel avec des poubelles très allégées. Quant aux parents qui fournissaient les couches jetables à la crèche, c’est une économie financière non négligeable. Au-delà de l’adoption définitive des couches réutilisables, Sandrine Déjardin vise désormais l’obtention du label « Écolo crèche » à l’horizon 2107-2018. «  Il faut répondre à 350 critères  », mais cela ne fait pas peur aux P’tits Pét’O. «  Ce serait une reconnaissance de nos efforts  », termine la responsable.

Avec ses deux micro-crèches ouvertes en 2009 et 2013, l’association Les P’tits Pét’O compte aujourd’hui neuf salariés, une fierté pour Sandrine Déjardin qui emploie des personnes du secteur. Une trentaine de familles, domiciliées jusqu’à 25 km à la ronde de Cartignies, confient leur enfant aux équipes des deux micro-crèches. Chaque structure peut accueillir dix enfants de la naissance à 6 ans, de façon régulière ou occasionnelle. À la rentrée 2017, la micro-crèche Mon Doudou va déménager pour un espace plus grand, plus confortable pour lesenfants et le personnel et plus sécurisé (au niveau du parking).

Le vrai/faux de la couche lavable

La couche jetable est un progrès

FAUX. De sa naissance à sa propreté, l’enfant utilise environ 5 000 couches jetables et produit une tonne de déchets. La couche lavable est plus respectueuse de l’environnement, de la santé du bébé et du porte-monnaie.

La couche lavable est un retour en arrière

FAUX. Fini les langes que l’on plie et les systèmes de fermeture peu adaptés. Les couches lavables sont composées de trois parties : une culotte de protection imperméable et respirante qui assure l’étanchéité, un insert lavable en coton ou chanvre et un voile biodégradable place au fond de la couche pour récupérer les selles. Il est jeté avec les ordures ménagères ou dans les toilettes.

La couche lavable est chère

VRAI et FAUX. C’est un gros investissement au départ car une couche coûte entre 20 et 35 €. Mais au final, cela revient moins cher que les couches jetables. Le coût pour ces dernières est estimé entre 750 et 200 €. Les couches lavables reviennent entre 490 et 740 € en tenant compte des consommations d’eau et d’électricité des lessives. Les couches lavables peuvent être réutilisées pour les enfants suivants, revendues sur le bon coin, etc.

La couche lavable a un intérêt écologique

VRAI. En comparaison des jetables, les réutilisables consomment 3,5 fois moins d’énergie ; 2,3 fois moins d’eau ; 8,3 fois moins de ressources non renouvelables ; 90 fois mois de ressources renouvelables et 60 fois moins de déchets solides.

Source: La voix du Nord- Florence Delsinne

Étiqueté , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *